Archives mensuelles : avril 2015

La création des Clubs alpins

Basic RGBL’alpinisme naissant pousse progressivement ses pratiquants à s’organiser en clubs, suivant l’exemple de l’Alpine Club de Londres. Mais, contrairement au contexte britannique, ces clubs, qu’ils soient suisses, italiens, allemands, autrichiens, polonais ou français, naissent en lien avec des mouvements de création et d’affirmation d’identités nationales. Ils prennent donc des orientations liées aux conditions politiques et sociales de leur pays. La référence au modèle anglais est omniprésente mais avec le souhait affiché de s’en démarquer, notamment dans ces statuts jugés trop élitistes. Si les membres appartiennent plutôt à des classes sociales aisées, les méthodes de recrutement sont plus ouvertes et certains clubs, notamment italien, polonais et français, accueillent les femmes et encouragent leur participation.

Le Club alpin suisse est créé en avril 1863 au moment du développement de la Suisse moderne. Les pères fondateurs, essentiellement géologues, affirment l’orientation scientifique du club, ne se limitant pas à l’alpinisme mais s’intéressant aux Alpes en général. Le CAS adopte une structure fédérale à l’image du pays et se substitue à l’Etat dans plusieurs domaines comme la réglementation du métier de guide, l’aménagement du territoire alpin et la topographie nationale.

urlLe Club alpin italien naît en octobre 1863 suite à la première ascension italienne du mont Viso menée par Quintino Sella, géologue, alpiniste et futur homme d’Etat. Le club se donne deux objectifs principaux : celui de favoriser l’exploration, l’aménagement et la mise en valeur des montagnes, mais aussi la formation de la jeunesse et du sentiment d’appartenance à la nation italienne.

La situation du Club alpin allemand-autrichien (DÖAV) est particulière puisqu’il nait en 1873 de la fusion entre le club autrichien (ÖAV) créé en 1862 à Vienne et le club dissident (DAV) créé en 1869 suite à des désaccords internes. Cette fusion s’inscrit dans un contexte politique mouvementé entre la Prusse et l’Autriche. Le club favorise l’exploration des montagnes mal connues, l’aménagement des sentiers, la construction de refuges et la publication de guides touristiques, ainsi que la protection de la faune et de la flore et la mise en place de corps de guides.

La société polonaise des Tatras est créée en 1873 au sein d’un pays partagé entre trois grandes nations (Russie, Prusse et Autriche-Hongrie), en quête d’une reconnaissance identitaire qui passe par les confins montagneux du pays. Ils entendent ainsi développer la recherche scientifique et le tourisme dans les Carpates, protéger les espaces naturels et encourager l’accroissement de l’économie montagnarde.

Logo CAF 1874Le Club alpin français connait un retard dans sa création à cause de la guerre franco-prussienne de 1870 et ne voit le jour qu’en 1874. Il est créé en lien étroit avec la Société de Géographie. Sa vocation scientifique est donc très affirmée tout comme sa volonté d’encourager l’accès à la montagne par la construction de refuges. Il participe à la réglementation et à l’harmonisation de la profession de guide, à la protection de la nature et à la formation de la jeunesse avec des programmes pédagogiques ambitieux.

Laure DECOMBLE
Chargée des collections et des expositions
Musée Alpin de Chamonix

Nouvelles voies à la Combe Maudite

Tout au fond de la combe Maudite, un coin tranquille regorge de voies mixtes peu fréquentées : les Gendarmes du col Maudit. Ceux-ci s’alignent au sud du col lui-même, et de nombreux voies y ont été tracées dans les années 70-80 par Gian Carlo Grassi, Patrick Gabarrou ou Godefroy Perroux.

Saumons et glaçons photo Enrico BoninoA l’automne dernier, Enrico Bonino, Olivier Colaye et Luca Breveglieri avaient ouvert Saumons et glaçons, une voie qui reprend Fil d’Ariane pour s’en éloigner à gauche dans une ligne éphémère, qui propose 5 longueurs de mixte superbe, avec des passages de M5+, WI5+R, avec de la glace à 75 et 80°. Cette très belle voie voie fait 500 mètres de haut pour 11 longueurs au total, pas trop dure, est conseillée par ses auteurs, fins connaisseurs de cette partie du massif.

Jon Bracey au sommet du pilier photo Matt HellikerJon Bracey et Matt Helliker, insatiables cet hiver, ont remonté le 13 mars l’éperon à gauche de Fantasia per un Ghiacciatore. Leur voie démarre un peu à gauche du point le plus bas de l‘éperon, qu’elle remonte jusqu’à mi-hauteur, en escalade mixte. La suite est rocheuse, libre, le long d’une fissure qui mène sous le sommet. Zephyr, 400 mètres, cote M5+ et 6b, et propose une course complète.

icesurprise voie Photo Enrico Bonino

De l’autre côté du sommet du mont Maudit, sous l’arête Kuffner, un beau pilier supporte la pointe de l’Androsace. A sa gauche, une série de voies mixtes attendent souvent d’être visitées. Enrico Bonino et Giulia Venturelli ont ouvert cet automne une voie sérieuse démarrant 50 mètres à gauche de Surcouf sur un beau pilier. La deuxième longueur est le Crux, en M7. An… ice surprise fait 350 m pour 8 longueurs, et cote M7, WI5, A1+, III. Une surprise déjà sérieuse, donc…

Claude Gardien

Nouvelles voies dans le massif du Mont-Blanc

Basés à Chamonix, les alpinistes britanniques Jon Bracey, Matt Helliker et Nick Bullock continuent leur exploration du massif du Mont-Blanc à la recherche de nouvelles voies…

Tr Ronde Chancer1

Chancer, nouvelle voie à la Tour Ronde

Deux nouvelles voies ont été tracées fin décembre et début janvier à la Tour Ronde. La première, Chancer, à gauche de la goulotte Rébuffat, a été ouverte fin 2014 par deux guides britanniques installés à Chamonix, Jon Bracey et Matt Helliker. Ces deux alpinistes forment une cordée soudée et comptent à leur actif de nombreuses ascensions difficiles en Alaska, notamment la superbe première de Cartwright Connection, en 2011, sur le pilier nord du Mont Hunter. Leur nouvelle voie suit un dièdre superbe, souligné par de fines traces de glace, le long d’un pilier élancé. Au menu de ce 20 décembre glacial, un fort vent du nord-ouest et des nuages matinaux. Trois grandes longueurs de mixte pas si simples les mènent au pied de leur         lac1 mdg 2012 LumixLMoreau 114dièdre. Une fantastique longueur de 55 mètres, en M6, avec des ancrages parfois précaires, débouche sur une belle vire. Encore une longueur sérieuse et ils sortent sur un col de l’arête qui domine la goulotte Rébuffat par laquelle ils redescendent en rappel. Une belle voie de 250 mètres, d’un accès rapide à ski, qui devrait connaître un certain succès.

 

Matt Helliker, Night Fever L6 (c) Nick Bullock1La deuxième, Night Fever, est due à Nick Bullock et Matt Helliker, après une tentative de Nick  avec Tim Neill. Nick Bullock était présent aux Piolets d’Or en 2010, pour la première très convoitée de la face nord du beau Chang Himal, qu’il avait réussie avec Andy Houseman à l’automne 2009.  La nouvelle voie se situe en face ouest, à gauche du couloir Gervasutti. Nick et Matt ont sauté sur un créneau de temps calme au milieu d’une période de forts vents : le 8 janvier, la journée était prévue calme. Mais pas la soirée… Après avoir remonté les trois longueurs déjà connues, ils remontent un dièdre orienté vers la droite sur trois nouvelles longueurs. Au sommet du dièdre, il fait nuit, et le vent se lève, conformément à la prévision. Ce n’est qu’à 20 heures qu’ils touchent le sommet de la face ouest. Sortie nocturne et ventée, d’où le nom de la voie. C’est une escalade Matt1 Helliker, Night Fever, (c) Nick Bullockde sept longueurs, délicate (M8) dans le haut, à entreprendre quand la glace est bien présente, car le rocher y est brisé et les blocs nombreux. Descente en rappels rendue difficile par les conditions, dans la paroi située à droite, où se déroule une voie sans nom ouverte en 1973 par des grimpeurs inconnus, mais qui semble, d’après Matt et Nick, en bon rocher… Retour aux skis à 22 heures. Pour la petite histoire, Patrick Gabarrou, qui opérait dans le coin (on en parlera, c’est promis), voyant les frontales au sommet de la face ouest, rentrant à Helbronner, lui aussi sous la colère du vent violent, prévient les secours qu’une cordée peut se trouver en difficulté sur ce versant. Commentaire de Nick : « C’est bon de rencontrer un de tes héros et de voir qu’il prend soin des autres… ».