Il y a 150 ans l’aiguille Verte

Couloir Whymper tracé©Claude GardienEn 1865, l’aiguille Verte domine la vallée de Chamonix de ses 4122 mètres et de sa virginité emblématique : flanquée de l’obélisque des Drus, elle forme l’un des motifs les plus impressionnants  des Alpes. Whymper ne s’y est pas trompé, il l’a mise à son programme de l’été. Sans doute en a-t-il parlé avec Michel Croz : natif du Tour, il a la Verte en ligne de mire tous les jours de l’année, et il connait assez le massif pour savoir que le seul accès envisageable se trouve sur le versant sud, au-dessus du glacier de Talèfre, invisible de la vallée. L’endroit est fréquenté par les cristalliers depuis longtemps.

Le 23 juin,  Whymper accompagné de Almer, Biner et Croz sont de retour de Zermatt. Ils se reposent sur la montagne de la Saxe, face aux Grandes Jorasses, au-dessus de Courmayeur. Le lendemain, ils font la première de la pointe Whymper aux Grandes Jorasses. Leur ascension n’a qu’un but : examiner le versant sud de l’aiguille Verte. Le 29 juin, Whymper, Almer et Biner font la première de la Verte par le grand couloir qui s’ouvre sur son flanc sud et la face qui le borde à gauche. Michel Croz n’est pas là : il a un autre engagement, conclu de longue date, et il ne peut participer à la première de la cime la plus emblématique de sa vallée…

SON&LUMIERE WHYMPER CROZLa première de la Verte est un évènement, Michel Croz aurait légitimement dû y participer. Mais la compétition pour les premières (qui se raréfient) est déjà féroce… L’absence de l’un des leurs, lors de cette première emblématique, provoque la colère des guides de Chamonix et, par ricochet, l’ouverture d’une voie nouvelle, plus longue et plus complexe quelques jours plus tard, à laquelle Michel Croz participe. Mais l’histoire n’est pas finie : le 17 septembre, R. Fowler, Michel A. Ducroz et Michel Balmat ouvrent une troisième voie sur la Verte, comme une tour sur un échiquier : la grande Rocheuse.  Entre elle et la Verte, un col arrondi, le col de la Grande Rocheuse (4051 m) mène à la superbe arête sommitale de la Verte. Cette voie n’est jamais devenue classique, elle est pourtant très sûre, variée et très belle.

En 2015, au début de ce mois de juin, alors que les conditions étaient optimum, trois guides de la Compagnie des guides de Chamonix, ont réalisé une ascension commémorative de la Verte. En costume traditionnel, ils ont rejoint chacun par l’une des voies réalisées cet été 1865,  le sommet mythique de l’aiguille Verte. Un film devrait bientôt retracer cette belle aventure.

La boucle est bouclée…

001-bis_modifié-1 AI9B3203